Emploi : auprès de quelles entreprises candidater en période de crise ?

crise recrutement covid
  • Publié le: mercredi 25 novembre 2020

Alors que le premier confinement a fortement perturbé l’économie, le deuxième risque de mettre davantage à mal la situation financière de nombreux secteurs. Si certaines entreprises sont contraintes de réduire leurs effectifs, d’autres poursuivent leur développement. A l’instar de SFAM, KPMG ou Too Good To Go, focus sur les sociétés qui recrutent malgré la crise.

Avec une baisse du PIB estimée entre -11 et -16%, la France connaîtra en 2020 sa pire année de récession économique depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Depuis le début du confinement en mars dernier, pas une semaine ne passe sans qu’une annonce de faillite, de restructuration entrepreneuriale ou de licenciement ne soit faite, selon la DARES – le service des statistiques du ministère du Travail. Un discours pessimiste qui est devenu monnaie courante dans bon nombre de secteurs. 

Une conjoncture économique peu favorable dans la plupart des secteurs

C’est le cas en particulier de l’hébergement et de la restauration, dont la quasi-totalité (90%) de l’activité est suspendue. Après le secteur de la construction, qui enregistre une perte d’activité de 75%, c’est celui du transport qui subit de plein fouet les effets de la crise, avec une perte de 60% de chiffre d’affaire. Quant au commerce, à l’industrie manufacturière ou encore au raffinage, ils ne sont pas en reste et déplorent une perte d’activité de près de 50%. Selon l’INSEE, l’activité économique a chuté de 33% durant le premier confinement.  

Une situation économique qui menace directement les emplois. Entre le 1er mars et le 25 octobre, 567 PSE – plans de sauvegarde de l’emploi – ont été lancés dans l’Hexagone, soit près du double enregistré l’année dernière sur la même période. Depuis le début du confinement, 62 053 emplois sont menacés, estime la DARES, contre 25 497 l’année dernière. Confrontées à une réduction d’activité, les entreprises font largement appel à l’activité partielle pour leurs salariés. En septembre, 1,1 million de Français étaient toujours au chômage partiel, contre 7 millions au début du confinement et 8,6 lors du pic en avril dernier. Pour autant, la vague de plans sociaux ne concerne pas tous les secteurs. 

Chez SFAM, Too Good To Go et KPMG, les recrutements se poursuivent

L’assureur SFAM recrute 1 000 CDI en 2020 malgré la crise dans l’Hexagone, au Portugal et en Europe – 600 en France et 400 à l’étranger -, afin de maintenir un service client de qualité et de poursuivre sa croissance sur les marchés internationaux. En s’efforçant de créer un cadre professionnel de qualité et en valorisant la dimension humaine, le leader européen de l’assurance affinitaire pour le multimédia, la téléphonie et les objets connectés attire de plus en plus de salariés. “Chaque collaborateur doit en effet sentir qu’il contribue à la réussite de l’entreprise”, affirme Christine Lemaire, directrice des ressources humaines de SFAM. Ce n’est pas pour rien que le courtier en assurance a été labellisé “Entreprise où il fait bon travailler” en 2020, pour la quatrième année consécutive. 

Si la prudence reste de mise, tous les processus de recrutement ne sont pas totalement à l’arrêt. D’après Catherine Poux, directrice des services aux entreprises de Pôle Emploi, “Il faut distinguer trois périodes dans l’évolution du recrutement depuis le Covid. Durant le confinement, les recrutements se sont poursuivis essentiellement sur la santé et la chaîne alimentaire ; depuis juin, il y a eu un rebond, outre la santé, sur les services à la personne (…), le commerce et la grande distribution. Cet été dans l’hôtellerie-restauration, la côte Atlantique a beaucoup recruté. Tous les métiers de bouche continuent à générer des besoins”. 

C’est le cas par exemple de Too Good To Go, une start-up spécialisée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Si cette petite entreprise n’est pas en mesure de se mesurer à Amazon – un des champions du recrutement pendant le confinement – elle peut cependant se vanter de poursuivre une croissance à deux chiffres, malgré la crise économique. “Vingt postes sont ouverts d’ici à fin 2020 ”, se réjouit la directrice générale Sarah Chouraqui. 

Et si les recrutements ont été plus compliqués à organiser pendant le confinement, les entreprises se sont adaptées. Grâce à son processus entièrement dématérialisé, KPMG a par exemple pu poursuivre sans grande difficulté les embauches, en plein cœur de la crise. Entretiens vidéo, contractualisations en ligne ou tests d’évaluation numériques, les services RH s’adaptent pour assurer leurs recrutements. Dans ce contexte, les candidats doivent eux aussi faire preuve d’adaptation. Sans pour autant faire l’impasse sur les bonnes pratiques, prévient Pierre Cannet, PDG de Blue Search Conseil : « Ce n’est pas parce que l’entretien se fait par visio qu’il faut négliger sa tenue vestimentaire, de même que le décor qui apparaît à la caméra ». 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • La RSE, une idée neuve en Arabie Saoudite

    L’Arabie Saoudite est confrontée à trois grands défis : diversifier son économie, offrir des opportunités d’emplois à un nombre croissant de diplômés, et maintenir la cohésion sociale et la stabilité dans le pays. Le gouvernement saoudien, pour répondre à ces