Le boom des crédits à paiement différé inquiète les régulateurs, qui craignent l’explosion de dettes insoutenables pour les clients

  • Publié le: jeudi 14 octobre 2021

L’outil de financement à court terme bouleverse la façon dont les consommateurs achètent en ligne, incitant les prêteurs établis à se démener pour rattraper les nouveaux venus de l’industrie. Pendant ce temps, les régulateurs s’inquiètent d’une explosion de dettes insoutenables.

Ce type de micro-crédit permet aux consommateurs de se procurer (généralement en ligne) un produit sans avoir à le payer immédiatement. Contrairement aux achats par carte de crédit, les acheteurs acceptent de rembourser en plusieurs versements mensuels. Dans la plupart des cas, en ne payant aucun intérêt.

Des pionniers comme le suédois Klarna ou l’australien Afterpay proposent des prêts instantanés à court terme pour tout type de produit ou service, en passant par des baskets Nike ou des vêtements ASOS, mais aussi par des billets de concert et des courses alimentaires. Les clients règlent ensuite leurs factures via les applications pour smartphone.

Cette possibilité séduit les acheteurs et les commerçants, puisqu’elle permet de supprimer tout obstacle au moment de cliquer sur « Acheter ».

Ce modèle est également attrayant pour les prêteurs. Pour comprendre pourquoi, envisagez un prêt à paiement différé pour une paire de chaussures de 100 €, remboursé en trois mensualités. Le prêteur paie 97 € au détaillant à l’avance et perçoit le montant total auprès de l’emprunteur. Autrement dit, il empoche 3 €. Répétez l’astuce quatre fois par an, et le prêteur à paiement tardif a empoché 12 €.

Un marché en plein boom

Un rapport de la société de paiement Worldpay/FIS estime que les clients ont financé environ 96 milliards de dollars d’achats en ligne avec de tels prêts l’année dernière. Cela pourrait atteindre 300 milliards de dollars dans le monde d’ici 2024, date à laquelle il représentera 4,2 % des paiements électroniques mondiaux. Cela représente encore une petite proportion des paiements mondiaux par carte de crédit, qui, selon le rapport, atteindront 1 500 milliards de dollars la même année. Mais il est clair que les prêts à paiement tardif prennent des parts de marché.

Et ils font actuellement leur apparition dans le commerce physique. McKinsey estime que jusqu’à 30 % des prêts à paiement différé émis cette année aux États-Unis, en Europe, en Australie et Asie seront utilisés dans le cadre de transactions en face à face.

Des régulations attendues

Tout produit financier à croissance rapide suscite des plaintes et des inquiétudes. Les prêts à paiement tardif ne font pas exception. Les organismes de régulation se sont concentrés sur ce qu’ils considèrent comme une commercialisation inappropriée du crédit, en particulier auprès des jeunes consommateurs, et sur la question de savoir si les acheteurs peuvent se permettre les prêts qu’ils contractent.

Le principal danger est que la dette à payer plus tard soit cachée. Les prêts ne sont généralement pas classés dans la catégorie des crédits conventionnels, de sorte que les prestataires n’ont pas besoin de les signaler aux agences d’évaluation du crédit qui dressent un tableau global de l’endettement d’un consommateur. Parfois, les prêteurs ne signalent même pas les paiements en retard ou manqués.

Cet angle mort permet aux consommateurs d’accumuler des prêts auprès de plusieurs fournisseurs. Une étude de Crédit Karma a révélé qu’un tiers des emprunteurs américains à paiement tardif avaient pris du retard sur un ou plusieurs paiements en août.

Des contrôles sont donc urgents, ainsi que l’instauration de règles d’examen. La déclaration de souscription à des prêts à paiement tardif aux bureaux de crédit serait une première étape. Des options plus drastiques seraient d’insister pour que tous les fournisseurs de paiement tardif obtiennent une licence bancaire, ou d’exiger des détaillants qu’ils demandent l’approbation réglementaire avant d’offrir les prêts.

La précipitation généralisée pour offrir des prêts à paiement tardif suggère que le modèle est bel et bien implanté. Reste à voir à quel point il sera rentable. Pour l’instant, les consommateurs profitent d’une aubaine en achetant des choses et en les payant plus tard, sans frais supplémentaires. Mais pour les prêteurs, comme pour leurs clients, la facture finira par arriver à échéance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS