La Nouvelle-Zélande veut interdire les cigarettes aux générations futures

  • Publié le: lundi 13 décembre 2021

La Nouvelle-Zélande interdira la vente de tabac à sa prochaine génération, dans le but d’éliminer progressivement le tabagisme.

Toute personne née après 2008 ne pourra pas acheter de cigarettes ou de produits du tabac de son vivant, en vertu d’une loi qui devrait être promulguée l’année prochaine.

« Nous voulons nous assurer que les jeunes ne commencent jamais à fumer« , a déclaré la ministre de la Santé, le Dr Ayesha Verall.

Cette décision fait partie d’une vaste répression contre le tabagisme annoncée le 9 décembre par le ministère néo-zélandais de la Santé.

Les médecins et autres experts de la santé du pays ont salué les réformes « de pointe », qui réduiront l’accès au tabac et limiteront les niveaux de nicotine dans les cigarettes.

« Cela aidera les gens à arrêter de fumer ou à passer à des produits moins nocifs, et rendra beaucoup moins probable que les jeunes deviennent accros à la nicotine« , a déclaré le professeur Janet Hook de l’Université d’Otago.

Vers un futur marché noir ?

La répression a suscité des réactions mitigées.

« Je pense que c’est une bonne décision, vraiment« , a déclaré un homme. « Parce qu’en ce moment, il y a beaucoup de jeunes enfants qui se promènent avec des cigarettes dans la bouche. Le public se demande comment ils les obtiennent ».

« Et c’est aussi bon pour moi aussi parce que je peux économiser plus d’argent. »

Cependant, d’autres ont averti que cette décision pourrait créer un marché noir pour le tabac – ce que reconnaît la déclaration d’impact officielle du ministère de la Santé, notant que « les douanes auront besoin de plus de ressources pour appliquer le contrôle aux frontières« .

« C’est 100% théorie et 0% substance« , a déclaré Sunny Kaushal, président du Dairy and Business Owners Group, un groupe de pression pour les magasins de proximité locaux, au site d’information de la Nouvelle-Zélande Stuff. « Il va y avoir une vague de criminalité. Les gangs et les criminels combleront le vide« .

Limiter le nombre de fumeurs et de points de vente

La Nouvelle-Zélande est déterminée à atteindre un objectif national consistant à réduire son taux de tabagisme national à 5 ​​% d’ici 2025, dans le but de l’éliminer finalement complètement.

À l’heure actuelle, 13% des adultes néo-zélandais fument, avec un taux beaucoup plus élevé parmi la population indigène maorie, où il atteint près d’un tiers. Les Maoris souffrent également d’un taux plus élevé de maladies et de décès.

Le ministère de la Santé de la Nouvelle-Zélande affirme que le tabagisme cause un cancer sur quatre et reste la principale cause de décès évitable pour ses cinq millions d’habitants. L’industrie du tabac est la cible des législateurs depuis plus d’une décennie maintenant.

Dans le cadre de la nouvelle répression, le gouvernement a également introduit d’importants contrôles du tabac, notamment en restreignant considérablement les endroits où les cigarettes pourront être vendues pour les retirer des supermarchés et des épiceries.

Le nombre de magasins autorisés à vendre des cigarettes sera considérablement réduit à moins de 500, contre environ 8 000 actuellement, selon des responsables.

Ces dernières années, le vapotage – ces cigarettes électroniques qui produisent une vapeur qui libère également de la nicotine – est devenu beaucoup plus populaire parmi les jeunes générations que les cigarettes.

Les autorités sanitaires néo-zélandaises avertissent cependant que le vapotage n’est pas anodin. Les chercheurs ont également trouvé des agents cancérigènes dangereux dans les liquides des cigarettes électroniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • Panasonic propose la semaine de travail de 4 jours au Japon

    Le conglomérat électronique Panasonic est la dernière grande entreprise japonaise à annoncer une semaine de travail de quatre jours aux employés intéressés. « Nous devons soutenir le bien-être de nos employés« , a déclaré le PDG de Panasonic, Yuki Kusumi, aux investisseurs

le Coin ESS