Danone scinde les fonctions de président et de PDG pour respecter les normes de gouvernance actuelles

  • Publié le: vendredi 5 mars 2021

Danone est une entreprise reconnue pour ses engagements en matière de durabilité environnementale et sociale, mais la structure du géant laitier français qui permettait jusque-là de combiner les rôles de DG et de Président a soulevé quelques inquiétudes concernant la gouvernance.

Emmanuel Faber, le PDG de Danone a proposé au conseil d’administration de Danone le 1er mars de scinder les fonctions de président de celle de PDG. Le conseil d’administration de Danone a approuvé la proposition d’Emmanuel Faber et a commencé à rechercher son nouveau directeur général.

Une fois le recrutement terminé, Emmanuel Faber se concentrera sur son rôle de Président non exécutif. En attendant, Emmanuel Faber restera président-directeur général de Danone.

Renforcer la gouvernance

L’objectif est de resserrer la structure de gouvernance d’entreprise de la société, qui a récemment été critiquée par des investisseurs, tels que Artisan Global Value Strategy et Artisan International Value Strategy, ainsi que le fonds spéculatif Bluebell Capital Partners.

« Les rôles de PDG et de président devraient être divisés pour refléter la gouvernance d’entreprise moderne. Les normes de gouvernance exigent également que le leadership antérieur quitte le conseil. Et la logique exige plus d’expérience des biens de consommation au conseil d’administration », a soutenu Artisan – qui détient 3% de Danone.

La décision d’Emmanuel Faber de quitter son poste de PDG – mais de continuer en tant que président non exécutif – est clairement une tentative d’apaiser ces préoccupations.

La société a également dévoilé d’autres mesures qui, selon elle, stimuleront la gouvernance. Elle a décidé de nommer Gilles Schnepp Vice-Président – aux côtés de Cécile Cabanis – et de nommer Jean-Michel Severino, Administrateur Délégué et Président du Comité de Gouvernance.

Jean-Michel Severino a déclaré : « Je remercie le Conseil de m’avoir confié ce rôle qui sera d’une importance capitale dans la phase de transition dans laquelle nous entrons. J’ai également hâte d’être en charge de poursuivre un dialogue fructueux avec nos actionnaires. »

Mais quel impact ce bouleversement aura-t-il sur la stratégie de Danone?

Changement par souci de continuité ?

Les investisseurs ciblent Danone pour sous- performance financière.

Dans une communication récente, Artisan a fait valoir que si Danone « possède l’une des meilleures collections d’actifs de l’industrie alimentaire mondiale sur presque toutes les mesures », la performance de Danone est à la traîne.

En octobre 2020, l’entreprise a dévoilé un nouveau plan stratégique avec des objectifs un peu moins ambitieux. Un mois plus tard, le groupe a révélé 2 000 suppressions d’emplois et l’adoption d’une structure régionale locale dans le but de générer des économies de coûts de 1 milliard d’euros – une initiative que Danone a baptisée Local First.

« Le projet Local First est un projet de croissance. Bien sûr, cela générera des économies car nous réduisons les couches de l’organisation, en allant plus vers du local. Mais c’est pour pouvoir investir davantage dans nos marques et nos tendances à croissance rapide, tout en tirant parti de notre échelle et de nos atouts pour une exécution supérieure dans toutes les catégories », a insisté Véronique Penchienati-Bosetta, la PDG internationale, dans une récente interview.

Tout le monde n’est pas convaincu par cette logique. « Mettre la croissance comme moteur du secteur, a été néfaste à Danone », a écrit Bruno Monteyne, analyste chez Bernstein, dans une récente note aux investisseurs. « Être sur des marchés structurellement difficiles a permis une croissance durable à seulement 2,5%, en dessous de l’objectif qui était fixé entre 3 et 5%. »

Dans ce contexte, affirme Bruno Monteyne, « une stratégie qui se concentre sur la réduction des coûts, ne servira qu’à aggraver les problèmes de l’entreprise. »

Mais la sortie d’Emmanuel Faber du poste de PDG semble peu susceptible de se traduire par un retour en arrière pour Local First.

« Je suis heureux que nous ayons pris les dispositions de gouvernance qui nous permettront d’anticiper la prochaine phase de développement de cette entreprise vraiment unique. Danone entame, avec notre plan Local First, une nouvelle étape vers la réinvention de l’entreprise », a commenté le dirigeant français.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS