Bien-être animal : les acheteurs d’animaux auront désormais besoin d’un certificat

  • Publié le: mercredi 3 février 2021

Les personnes qui souhaitent acheter un nouvel animal en France devront désormais signer un certificat pour montrer qu’elles comprennent les responsabilités de l’achat

Les acheteurs d’animaux en France devront désormais signer un « certificat de connaissance » pour s’assurer qu’ils sont conscients des responsabilités liées à la possession d’animaux, après que l’Assemblée nationale a voté un nouveau projet de loi sur la maltraitance des animaux.

Les propriétaires devront lire et signer le certificat avant de pouvoir acheter l’animal et le ramener à la maison. Il s’agit de l’une des mesures majeures proposées dans le cadre d’un nouveau projet de loi contre la maltraitance des animaux, proposé par les députés LREM Loïc Dombreval et Laëtitia Romeiro Dias.

Le contenu exact du certificat – appelé « certificat de connaissance » – sera décidé par décret gouvernemental. Il est susceptible d’indiquer les responsabilités des propriétaires en ce qui concerne les soins de l’animal, ses besoins en matière de nourriture et d’exercice et les coûts potentiels de la nourriture et des soins vétérinaires.

Il sera également adapté aux « besoins spécifiques de l’espèce ». Quiconque achète un animal pour la première fois devra le signer, et quiconque vend un animal devra également s’assurer que les futurs propriétaires l’ont signé.

Les personnes qui achètent un second animal de compagnie, par exemple, quelqu’un qui achète un deuxième chien de compagnie, n’auront pas besoin de le signer à nouveau.

Le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a déclaré que le certificat viserait à sensibiliser les futurs propriétaires à ce que signifie réellement l’achat d’un animal, et à éviter les « achats impulsifs ».

Pourtant, les députés n’ont pas voté l’autre proposition présentée, qui émettait l’idée d’exiger que les futurs propriétaires suivent un cours sur les soins des animaux de compagnie ou d’obtenir une « licence » pour avoir leur animal à la maison.

En conséquence, le député Julien Aubert a averti : « Attention, ce certificat ne deviendra pas simplement un morceau de papier symbolique. »

Actuellement, les vendeurs d’animaux de compagnie ont des responsabilités, en ce sens qu’ils doivent obtenir un certificat vétérinaire et un certificat de transfert (attestation de cession) mais il n’existe actuellement aucun certificat garantissant la capacité du futur propriétaire à prendre soin de l’animal.

Le projet de loi incluait également des propositions visant à arrêter la publicité en ligne et la vente d’animaux de compagnie sur des sites Web non spécialisés, mais cela n’a pas été voté.

Plus d’éducation nécessaire

Les militants pour le bien-être animal ont appelé à encore plus de mesures pour protéger les animaux de compagnie. Muriel Arnal, présidente de l’association de protection des animaux One Voice, a déclaré à 20 Minutes : « Quand les gens abandonnent un animal, c’est parce qu’ils ont des problèmes financiers ou qu’ils ont pris l’animal à contrecœur ».

« Nous devons améliorer l’éducation et recommander aux gens de laisser leur animal de compagnie dans un refuge s’ils se sentent dépassés, plutôt que de l’abandonner à la campagne ».

« Nous devons attaquer les causes du problème plutôt que ses conséquences. Une fois que nous en voyons les conséquences, il est trop tard. Quand quelqu’un abandonne un animal, il le fait rarement avec joie ».

« Mais la vraie question est de savoir comment pouvons-nous nous assurer que cette prise de conscience se produit avant ou au moment de l’achat, et non au moment de l’abandon ? »

Mme Arnal a déclaré que le coût financier de la garde d’un animal n’était pas le seul problème rencontré, et que même les ménages aisés doivent être conscients du temps, de l’espace, des contraintes et des autres responsabilités qu’il y a à prendre soin d’un animal de compagnie.

« En France, nous croyons toujours au mythe du chaton offert comme cadeau de Noël, sans penser qu’il faudra ensuite s’en occuper pendant les 13 prochaines années. Il y a un réel manque d’éducation et un manque de compréhension de la responsabilité que représente un animal. »

Posséder un animal en France

La possession d’animaux de compagnie est populaire en France – collectivement, les français possèdent 9 millions de chiens de compagnie, 15 millions de chats et un million de chevaux et d’ânes.

Pourtant, la France a également la première place parmi les pays européen du plus haut niveau d’abandon d’animaux de compagnie.

Plus de 200 000 animaux domestiques – dont 100 000 chats et chiens – sont abandonnés chaque année.

En 2019, l’organisation caritative pour le bien-être animal Fondation 30 millions d’amis a lancé une « campagne choc », qui a utilisé la chanson We Are The Champions pour attirer sombrement l’attention sur le niveau élevé d’abandon animal en France.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

le Coin ESS