Royaume-Uni : 3 personnes condamnées pour esclavage

  • Publié le: mercredi 31 janvier 2018

Au début du mois de janvier 2018, les tribunaux du Royaume-Unis ont condamné trois individus à des peines de prison ferme après qu’ils ont été reconnus coupables d’esclavage. Une première depuis l’adoption d’une loi anti-esclavage moderne en 2015.

C’est en 2015 que le Royaume-Uni avait adopté le Moderne Slavery Act, une loi visant à lutter efficacement contre les formes d’esclavage moderne. Une nécessité face aux multiples dérives constatées par les autorités. Mais depuis qu’elle était entrée en vigueur, la loi n’avait pas encore servi de motif de condamnation… jusqu’à ce jour. Début janvier, les tribunaux ont eu à juger trois individus accusés d’avoir contraint des adolescentes d’origine vietnamienne à travailler dans des salons de manucure sans être rémunérées. Ce travail forcé, visant plus particulièrement des mineurs, a été mis à jour grâce à une enquête pour remonter une filière de trafic d’êtres humains sur le sol britannique. Les trois personnes jugées et reconnues coupables ont été condamnées à des peines de quatre à cinq ans de prison ferme. Une mesure que les autorités espèrent dissuasives.

L’esclavage moderne est devenu, ces dernières années, l’un des principaux sujets de préoccupation des autorités. Chaque année, la police enregistre environ 2 000 plaintes mais estime en fait le nombre de victimes à 13 000 par an. Un nombre qui a augmenté de 42% depuis 2012. Dans un communiqué de presse transmis par les bureaux du comté du Staffordshire, la police a déclaré : « Nous espérons que cela envoie un message clair : nous ne tolérons pas ces comportements archaïques et nous amènerons les coupables devant les tribunaux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • SoUse : l’économie participative a son moteur de recherche

    Grâce au financement de la Maif, le moteur de recherche SoUse a été lancé il y a quelques mois. Son but : rendre plus visible les acteurs de l’économie participative et circulaire afin de mieux accompagner les clients dans leurs recherches.