L’exploitation du pétrole menace la vie des américains

  • Publié le: mercredi 30 mars 2016

Un rapport publié lundi dernier met en lumière les risques sismiques que l’exploitation du pétrole fait peser sur des millions d’habitants des États-Unis. En cause : la technique de la fracturation hydraulique qui fragilise les sous-sols.

C’est la première fois que l’Institut Américain de Géophysique publie un rapport sur les risques sismiques qui sont dus à la fracturation hydraulique. Cette technique est utilisée par plusieurs entreprises américaines pour l’extraction du pétrole et de l’huile de schiste dans les sous-sols. Mais cette méthode entraîne une fragilisation du sous-sol et a un impact important sur les risques de tremblements de terre. L’Institut estime que six états américains sont particulièrement exposés à ces risques : l’Oklahoma, le Kansas, le Texas, le Colorado, le Nouveau-Mexique et l’Arkansas. Au total, ce sont 7 millions d’américains dont les vies sont menacées.

Outre les risques sismiques, la technique de fracturation hydraulique fait aussi débat outre-Atlantique car elle requiert l’usage de produits chimiques qui sont répandus dans les sols. Des produits qui polluent les sols, les réserves d’eau et ne font actuellement l’objet d’aucune procédure de dépollution de la part des sociétés exploitantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports