Paris : des serveurs informatiques pour chauffer une piscine

  • Publié le: lundi 28 mars 2016

La piscine parisienne de la Butte aux cailles (XIIIe arr.) est en plein travaux : des modifications d’envergure sont prévues pour installer une nouvelle source de chaleur pour chauffer les bassins. Cette source n’est autre qu’un data center.

Comment faire pour diminuer la facture énergétique d’une piscine ? C’est la question que la mairie de Paris a posé en lançant un appel à projet pour moderniser ses infrastructures. La réponse est venue par la voix d’une star-up française, Stimergy, porteuse d’un projet pour le moins incongru : utiliser la chaleur des baies de stockage pour chauffer l’eau d’une piscine. Une idée proche de la science fiction, et pourtant complètement réaliste. Avec un système similaire, l’entreprise française a déjà équipé l’université de Lyon.

Le système proposé est en fait assez simple : la chaleur dégagée par les serveurs est aspirée et conduite dans une chaudière spéciale qui la convertit et l’utilise ensuite pour chauffer l’eau de la piscine. Cette nouvelle source d’énergie ne suffira pas pour chauffer toute la piscine, mais elle permettra de réduire les émissions de CO2 de la piscine d’environ 45 tonnes sur un an. Un geste écologique et économique. L’installation sera opérationnelle à l’automne 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports