A Dunkerque, on roule sur des sédiments marins

  • Publié le: vendredi 27 novembre 2015

Que faire des sédiments marins qui s’agglutinent dans les ports ou sur les côtes ? Une société française a trouvé une idée originale : les prélever et s’en servir pour la fabrication de matériaux de BTP.

Chaque année, les responsables du port de Dunkerque doit faire face au problème des sédiments marins (4 millions de m3 en moyenne), un dépôt boueux qui obstrue le port et dont il faut se débarrasser. L’entreprise Sedilab a développé une idée pour parer au problème : récolter ces sédiments et les valoriser en s’en servant pour fabriquer un nouveau genre de béton naturel. Les applications de ce matériau dans le secteur du BTP sont nombreuses. Pour commencer, le nouveau matériau a été testé pour la construction de pistes cyclables à Dunkerque. Pour l’instant, trois pistes de Sedicyle sont en test pour observer la manière dont le matériau se comporte et réagit aux conditions naturelles.

Si le test est concluant, le projet de Sedilab pourrait rapidement intéresser d’autres collectivités locales. Il présente en effet deux avantages majeurs : il débarrasse les ports de l’encombrement des sédiments marins, et il permet la construction d’infrastructures à partir d’un matériau éco-conçu, donc bénéfique pour la planète.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • SoUse : l’économie participative a son moteur de recherche

    Grâce au financement de la Maif, le moteur de recherche SoUse a été lancé il y a quelques mois. Son but : rendre plus visible les acteurs de l’économie participative et circulaire afin de mieux accompagner les clients dans leurs recherches.