La BNP condamnée pour un cas d’homophobie

  • Publié le: mardi 27 septembre 2016

La banque BNP Paribas a été condamnée jeudi dernier à verser des dommages et intérêts à un ancien salarié qui avait été victime d’homophobie sur son lieu de travail.

La Cour d’appel de Paris a tranché, jeudi dernier dans l’affaire qui opposait BNP Paribas à un ancien salarié. La Cour a décidé statuer en faveur du salarié en condamnant la banque à 608 300 euros de dommages et intérêts. Le salarié en question avait été engagé en 2004 chez BNP Paribas. En 2009, il avait officiellement révélé son homosexualité, ce qui avait ensuite conduit à des discriminations et des situations de harcèlement sur son lieu de travail. Finalement, le salarié a quitté l’entreprise en 2012 de manière volontaire. Toutefois, la Cour a considéré que les différentes pressions exercées à l’encontre du salarié étaient contraire au droit du travail, ce qui rendait par conséquent nul le départ du salarié.

Dans cette affaire, BNP Paribas a été tenue responsable à cause de plusieurs faits, à commencer par des problèmes de hiérarchie et de gouvernance interne qui ont rendu possibles les dérives homophobes. Parmi les différents emails homophobes reçus par l’employé, plusieurs auraient été envoyés par ses propres supérieurs hiérarchiques. De plus, l’environnement de travail a été pointé du doigt par la Cour qui, dans son arrêté, évoque même « un environnement de travail particulièrement oppressant » auquel a été soumis le salarié plaignant. La direction de l’entreprise aurait ainsi offert à ses salariés des soirées dans clubs de strip-tease ou d’autres établissements offrant des prestations à caractère sexuel.

Ce scandale qui éclabousse BNP Paribas est aussi l’occasion de faire voir au grand jour un problème de discrimination qui reste encore trop souvent dans l’ombre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • SoUse : l’économie participative a son moteur de recherche

    Grâce au financement de la Maif, le moteur de recherche SoUse a été lancé il y a quelques mois. Son but : rendre plus visible les acteurs de l’économie participative et circulaire afin de mieux accompagner les clients dans leurs recherches.