Le MENE, un mouvement pour une nouvelle économie

  • Publié le: lundi 26 octobre 2015

C’est vendredi dernier qu’ADNMonde a lancé officiellement le MENE, Mouvement des Entrepreneurs pour une Nouvelle Economie. Son but : fédérer les entrepreneurs autour d’un projet commun pour mieux faire porter leur voix auprès du gouvernement.

ADNMonde, le groupe dirigé par l’ancienne ministre de l’environnement Corinne Le Page, avait déjà publié un rapport dans lequel il pointait du doigt les freins à la transition énergétique et regrettait que les entrepreneurs ne puissent pas se reposer sur une grande structure pour les accompagner dans leurs engagements. Avec la création du MENE, ADNMonde a déjà réussi à rassembler 5 000 entreprises autour de leur projet (dont Blablacar, We Demain ou encore le label Cosmebio…). Ces entreprises, en signant la charte du mouvement, se sont engagées à limiter leur consommation d’énergies fossiles au bénéfice des énergies vertes mais aussi à remettre l’homme au cœur de leurs préoccupations manageriales.

Outre cette collaboration sur plusieurs objectifs, le but du groupe est également de mieux représenter les entrepreneurs auprès du gouvernement, notamment s’agissant de totues les questions de fiscalité verte qui demeurent un point de friction. Aujourd’hui, le MENE regrette que le gouvernement n’envisage pas assez d’incitations pour aider les entreprises françaises à mettre en place des politiques de transition énergétique efficaces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports