Mobilité durable : les travailleurs français, mauvais élèves

  • Publié le: mercredi 25 janvier 2017

Quels modes de transport les français utilisent-ils pour se rendre au travail ? L’Insee a voulu connaître la réponse et a lancé une vaste enquête auprès des salariés français. Les résultats de l’étude ont été rendus publics la semaine dernière. Bilan : la mobilité durable n’est pas encore entrée dans les habitudes des français.

La mobilité durable, c’est comme ça que les experts appellent les alternatives écologiques aux modes de transports. Pour les usagers, il s’agit de privilégier des moyens de transports les moins polluants possibles afin de limiter au maximum l’empreinte carbone des déplacements quotidiens. Mais si l’idée semble séduisante sur le papier, il faudra encore faire du chemin dans la réalité : selon une étude de l’Insee, seulement 2% des salariés français sont allés régulièrement au travail à vélo en 2016. Pire : le premier mode de transport des travailleurs reste la voiture (70%). Un véritable revers pour l’environnement. Les transports en commun arrivent en seconde position des moyens de transport les plus utilisés avec 21%.

Alors comment expliquer ce mauvais résultat français ? Malgré l’aspect économique et écologique du vélo, ce moyen de transport reste mal adapté aux longs trajets. Or, le trajet moyen d’un salarié français pour se rendre sur son lieu de travail est de 40 minutes. De plus, dans un environnement urbain où la pollution est élevée, beaucoup d’usagers pensent que le vélo peut s’avérer dangereux et mauvais pour leur santé. Dernier argument : les parcs à vélos sont encore trop peu répandus par endroit pour sécuriser le rangement du vélo quand on va travailler. La voiture a donc encore de beaux jours devant elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • A Montreuil, on soutient les start-ups sociales

    Les incubateurs de start-ups existent depuis déjà plusieurs années. Mais dernièrement, ces lieux d’innovation ont croisé la route des initiatives d’économie sociale et solidaire. A Montreuil par exemple, la ville a ouvert les portes d’un incubateur spécialisé dans le soutien