Donner la parole aux jeunes salariés pour plus d’innovation en entreprise

  • Publié le: lundi 25 janvier 2016

La Compagnie de Phalsbourg a récemment mis sur pied un nouvel organe interne de gouvernance : un conseil d’administration bis avec pour particularité d’être uniquement composé de salariés de moins de quarante ans.

Le portrait robot d’un dirigeant d’entreprise est souvent celui d’un homme de plus de quarante ans. Et il reste encore difficile de faire bouger les choses au sein des conseils d’administration des sociétés. Pourtant, l’entreprise a tout à gagner à donner la parole à tous, à commencer par les plus jeunes. C’est en tout cas l’idée défendue par Philippe Journo, le président de la Compagnie de Phalsbourg, l’une des entreprises immobilières les plus importantes. Il a ainsi décidé de mettre en place un second conseil d’administration, entièrement réservé à des salariés de moins de quarante ans. Son but : laisser la place aux idées neuves et apporter un autre point de vue sur la stratégie commerciale. Quatre femmes et deux hommes (âge moyen : 33 ans) composent ce conseil « des jeunes leaders ». Ils bénéficient d’un budget discrétionnaire de 120 000 euros par an pour mener à bien leur mission.

La limite d’âge est fixée à quarante ans, et dès qu’un membre atteindra cette limite, il devra céder sa place. Pour l’instant doté de six membres, le conseil devrait voir grossir ce chiffre dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement