Circulation alternée : un dispositif cher et peu efficace

  • Publié le: vendredi 23 décembre 2016

Après les journées de circulation alternées connues par la capitale en décembre, les experts commencent à faire les comptes, et ils ne sont pas spécialement bons. La circulation alternée aurait peu d’impact sur la pollution et entraînerait un surcoût pour les transports en commun.

La circulation alternée va-t-elle devenir un sujet de discorde entre la mairie de Paris et le Syndicat des Transports en commun d’Île-de-France (Stif) ? Ce qui est sûr, c’est qu’au lendemain des épisodes de pics de pollution, la mise en place de la circulation alternée pendant six jours n’a pas changé beaucoup de choses. Pire : elle a coûté de l’argent au Stif, seul organisme à prendre en charge la gratuité des transports en commun. Dans sa première estimation, le Stif annonçait il y a quelques jours que la gratuité des transports lui coûterait 4 millions d’euros par jour, soit une enveloppe totale de 24 millions pour les six jours concernés en décembre. En fait, le syndicat des transports reconnaît lui-même que ce chiffre devra être revu à la baisse : les automobilistes n’ont pas assez joué le jeu et les transports n’ont pas vraiment été pris d’assaut. Pour autant, les abonnés n’auront droit à aucune remise sur leur Passe Navigo. De quoi faire grincer des dents.

Du côté des experts en pollution, là aussi la circulation alternée déçoit les attentes. Selon le bulletin publié par Airparif, la circulation alternée a été trop peu suivie pour avoir eu un impact significatif sur la qualité de l’air. Le trafic routier n’a diminué en moyenne que de 5% à 10% à Paris. De quoi faire donner matière à réflexion à l’équipe d’Anne Hidalgo pour les prochains pics de pollution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • Assurer un récif de corail : économie et écologie font cause commune

    Au Mexique, l’assureur Swiss Re va proposer un nouveau service d’assurance aux entreprises du secteur touristique de Cancùn : assurer les récifs coralliens. Une initiative originale qui permettrait de sauvegarder plus efficacement les récifs en cas d’intempéries par exemple. Assurer