Paris qui sauve, édition 2018

  • Publié le: vendredi 23 mars 2018

Après le succès de l’initiative Paris qui sauve, lancée en 2017 pour sensibiliser les parisiens à l’importance des gestes de premier secours, le projet est reconduit ce week-end. Pendant deux jours, différents ateliers seront animés partout dans la ville.

En avril 2017, Paris organisait pour la seconde fois l’événement Paris qui sauve. Une réponse à la nécessité de mieux former la population face aux risques d’attentats. Pour la troisième année, Paris accueille donc la manifestation pendant les journées du 24 et du 25 mars. Dans le cadre de la manifestation, l’hôtel de ville ainsi que toutes les mairies d’arrondissement proposent des ateliers pour se former aux gestes de premiers secours. La Croix Rouge et les pompiers sont sur place pour guider les citoyens et leur montrer comment porter assistance à une personne en détresse. Pour des raisons de places limitées, les parisiens sont invités à réserver leurs places sur internet. Toutes les formations sons dispensées gratuitement.

Nouveauté de cette année, l’événement Paris qui sauve offre également des ateliers autour de nouveaux risques : les inondations et les canicules. Les professionnels du secours sensibiliseront les citoyens aux bons réflexes à adopter pour assurer sa propre sécurité et porter secours aux autres. Enfin, le week-end se terminera par un flash mob géant sur le parvis de l’hôtel de ville de Paris, dimanche à 13h45.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement