Coulées de boues toxiques : le Brésil réclame une indemnité record

  • Publié le: mardi 23 février 2016

Suite aux coulées de boues toxiques qui avaient ravagé une partie du Brésil en novembre dernier, l’état a décidé de réclamer des indemnités à la société responsable.

Le montant avancé par les autorités brésiliennes est énorme : 4,45 milliards d’euros. Mais le préjudice subi par les hommes et la nature l’est tout autant. En novembre dernier, les deux barrages du Minas Gerais ont cédé. La société Samarco qui gère l’exploitation des sites a aussitôt été mise en cause pour les lacunes dans la sécurité et l’entretien des installations. A la suite de la rupture des barrages, des coulées de boues toxiques dues aux déchets miniers se sont répandues dans la nature. Le bilan est particulièrement lourd : un village détruit, au moins dix-neuf morts, la pollution massive du fleuve du Rio Doce, et la destruction de la faune et de la flore sur une zone de 650 km.

Face à cette catastrophe sans précédent, le gouvernement a du engager de nombreuses opérations de sécurisation. Mais la situation est loin d’être réglée et aucun expert ne sait combien de temps il faudra pour dépolluer la région. Même si l’enquête n’est pas encore terminée, le gouvernement brésilien entend bien faire pression sur Samarco pour obtenir un dédommagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • McDonalds retire le cheeseburger des menus Happy Meal

    Le célèbre menu pour enfant de McDonalds, le Happy Meal, va connaître une petite révolution dans les prochains mois : le célèbre cheeseburger ne sera plus disponible ! Cette décision est liée à la stratégie de McDonalds, amorcée en 2014,

le Coin ESS

  • Les monnaies locales un atout pour l’économie locale

    Elles sont de plus en plus nombreuses sur notre territoire et permettent d’encourager les circuits courts. Focus sur ces nouvelles formes de monétisations qui vont peut-être sauver l’économie locale.   Légalement reconnues en France depuis la loi Hamon du 31