L’usage des pesticides remis en cause par l’INRA

  • Publié le: mardi 22 mars 2016

Deux chercheurs de l’INRA viennent de publier un rapport dans lequel ils mettent en cause les pesticides. Ils pointent du doigt le fait que leurs avantages sont bien moindres que leurs inconvénients. Une étude qui remet beaucoup de certitudes en perspectives.

Les pesticides ne sont pas bons pour la nature ou pour les hommes. Cette affirmation est déjà connue du grand public, et de nombreuses études l’ont déjà démontré. Mais aucune étude n’avait encore cherché à étudier l’usage des pesticides dans sa globalité. Les deux chercheurs de l’Institut National de la Recherche Agronomique ont observé tous les aspects de l’utilisation des pesticides, en prenant en compte toutes les conséquences sur l’environnement, l’économie et la santé. Il ressort de ce rapport que les pesticides coûtent plus cher que ce qu’ils ne rapportent. Sur la période étudiée, les pesticides étudiés ont rapporté 27 milliards de dollars… et en ont coûté 40 milliards.

Les répercussions des pesticides ont un coût pour la société : traitement contre la pollution des nappes phréatiques, pertes de rendement dues à la résistance aux pesticides, traitement des maladies pour les personnes exposées trop longtemps à ces substances. Ce rapport souligne l’importance de trouver une alternative aux produits phytosanitaires chimiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • Je donne, l’application qui facilite les dons

    La Start-up ItiQiti vient de lancer une plateforme de don en ligne. Le site s’appelle sobrement Je donne et il propose de mettre en relation en quelques clics seulement les donateurs avec des associations. L’idée de départ derrière le projet