Orangina muscle sa stratégie RSE

  • Publié le: mercredi 21 juin 2017

En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros en 18 mois, l’entreprise est plus que jamais engagée dans une dynamique vertueuse.

Orangina, ce n’est pas seulement la petite bouteille ronde, ce sont aussi les marques Pulco, Schweppes, Oasis et plus récemment MayTea. Autant de boissons populaires auprès des consommateurs. Mais côté RSE, l’entreprise a mis du temps avant d’obtenir des résultats significatifs. Et pour cause, il a fallu attendre 2016 pour voir le lancement d’un grand plan RSE au sein du groupe. Avec un budget de 100 millions d’euros, l’entreprise a investi massivement sur l’intégralité de ses sites. Les chaines de production ont notamment été entièrement repensées pour diminuer la consommation d’électricité, de plastique et d’eau dans les usines. L’humain n’a pas non plus été négligé puisque les nouvelles lignes de production embarquent des installations pour favoriser le confort des employés.

Autre grande avancée d’Orangina : la refonte du management. L’entreprise a décidé de s’éloigner du modèle vertical traditionnel pour intégrer d’avantage les salariés dans les processus décisionnaires. Depuis fin 2015, des boîtes à idées d’entreprise ont vu le jour pour inciter les salariés à partager leurs idées sur la vie de l’entreprise : vie sociale, rémunération, aménagements, fabrication… Chacun peut prendre la parole pour suggérer des améliorations. Un groupe de salariés fait le tri dans les idées déposées et les meilleures sont ensuite développées pour être appliquées à l’échelle du groupe. En dix-huit mois, 234 idées ont été déposées et 197 sont entrées en application.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Carrefour vend désormais des « légumes interdits »

    Depuis deux jours, le gréant de la distribution française Carrefour a mis en vente dans ses rayons des fruits et des légumes interdits. Pas de quoi avoir peur, il ne s’agit pas de produits impropres à la consommation : ces

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les