Le patrimoine mondial de l’UNESCO en danger

  • Publié le: vendredi 21 avril 2017

Le rapport publié par WWF mardi 18 avril est accablant : 30% des sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO sont menacés par des activités illégales, en particulier la déforestation et le braconnage. Autant de dangers qui menacent l’intégrité des sites, la faune, la flore mais aussi les populations locales.

Le classement de sites d’intérêt au patrimoine mondial de l’UNESCO est en théorie un moyen de s’assurer que les ressources nécessaires sont mises en oeuvre pour la protection de ces sites. Mais la bonne volonté des autorités n’est pas suffisante et WWF a constaté que les dommages subis par les sites étaient tout sauf anecdotiques. 30% : c’est la part anormalement élevée de sites classés qui sont pourtant exposés à l’exploitation forestière illégale ou au braconnage. Dans les faits, la sauvegarde de l’environnement est en péril et certaines espèces en danger sont plus menacées que jamais, au point que les auteurs du rapport de WWF n’hésitent pas à parler de risque d’extinction, notamment pour les éléphants d’Afrique et les tigres sauvages.

Avec ce rapport, WWF espère attirer l’attention des pays concernés. Pour assurer une meilleure sécurité des sites classés, il faut investir dans de plus grands moyens de sécurité. Le rapport de WWF préconise ainsi un renforcement de la collaboration avec la Convention du patrimoine mondial et les pouvoirs publics afin d’enrayer les activités illégales qui se sont développées sur les sites classés. Le rapport souligne aussi que ces sites très touristiques fournissent du travail aux populations locales, qui sont elles aussi exposées au danger et devraient donc bénéficier d’une protection adéquate.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports