Une enzyme pour détruire le plastique dans les océans

Plastique océans
  • Publié le: vendredi 20 avril 2018

Une équipe de chercheurs anglo-saxons sont parvenus à mettre au point une nouvelle enzyme qui pourrait bien jouer un rôle décisif dans la préservation des océans : elle est capable de manger le plastique pour le détruire. Une telle enzyme, déployée sur les blocs de plastique qui dérivent sur les océans, pourrait enfin enrayer la dégradation de la faune et de la flore aquatique.

L’idée d’une enzyme capable de détruire le plastique n’est pas nouvelle : depuis quelques années, plusieurs équipes de chercheurs dans le monde, et notamment l’entreprise française Carbios, travaillent à la mise au point d’une telle enzyme. L’enjeu ? La préservation des océans qui sont massivement pollués par les plastiques qui se sont accumulés. D’après les estimations de plusieurs ONG, les océans seraient chaque année pollués par pas moins de 8 millions de tonnes de plastique. Dans certaines zones du globe, les produits en plastique se sont agglutinés pour former de véritables banquises artificielles, qui dérivent au gré des vents et représentent un danger tant pour les hommes que pour la nature. Et non seulement la toxicité du plastique accumulé dans les océans est dangereuse à la surface, mais aussi pour les fonds marins.

La mise au point d’une enzyme capable de « manger » ce plastique pour le faire disparaître fait rêver les ONG. Mais le rêve est en passe de devenir une réalité, car une équipe de chercheurs anglo-saxons est parvenue à créer cette super-enzyme. Les scientifiques étudiaient une bactérie japonaise qui se nourrit exclusivement de polytéréphtalate (une variété de plastique) ; par accident, ils ont alors créé une enzyme grâce à la mutation de cette bactérie. Suite aux premières expériences, il s’avère que cette enzyme est capable de dévorer tous les types de plastiques. Mais le travail de recherche prendra encore du temps avant de pouvoir utiliser cette enzyme pour sauver les océans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • SoUse : l’économie participative a son moteur de recherche

    Grâce au financement de la Maif, le moteur de recherche SoUse a été lancé il y a quelques mois. Son but : rendre plus visible les acteurs de l’économie participative et circulaire afin de mieux accompagner les clients dans leurs recherches.