Les vers, au secours de la planète

  • Publié le: lundi 19 mars 2018

Alors que nous nous dirigeons inéluctablement vers une population de 9 milliards d’habitants sur Terre, l’importance de l’utilisation responsable des terres agricoles, de l’eau et des aliments pour animaux augmente de façon exponentielle, tout comme la nécessité d’atténuer les dommages causés par le réchauffement climatique.

L’entomophagie (l’acte de manger des insectes) pourrait être notre dernier recours pour aider notre planète à garder sa faune et sa flore.

Les insectes émettent moins de gaz à effet de serre que le bétail, et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a constaté que les porcs produisent dix à cent fois plus de gaz à effet de serre par kilogramme que les vers de farine (vers d’élevage).

Les insectes sont nourris avec des déchets biologiques, qui consomment beaucoup moins d’eau que ce qui est nécessaire pour le bétail et le soja, qui eux-mêmes exigent beaucoup plus d’énergie pour grandir. La FAO estime que la production d’un kilogramme de protéines animales nécessite environ cinq à vingt fois plus d’eau que la production d’un kilogramme de protéines d’insectes. Et les vers de farine sont plus résistants à la sécheresse que les bovins, car ils nécessitent beaucoup moins d’eau pour produire la même quantité de protéines.

Un autre avantage de l’élevage d’insectes d’élevage est que moins de terres sont nécessaires pour les fermes. Les insectes sont généralement conservés dans des chambres verticales qui sont tout aussi grandes qu’un placard à linge.

De nombreuses études montrent les avantages nutritionnels de l’entomophagie, et la recherche montre que manger des insectes aide le corps à absorber les protéines, et de nombreuses autres vitamines qui sont essentielles au bon fonctionnement du corps humain.

Mais si vous avez encore du mal à vous faire à l’idée de manger des vers, ils peuvent vous aider d’une toute autre façon. Le vermicompost, un compost à domicile qui utilise des vers pour réduire les déchets, fonctionne assez simplement. Les vers se nourrissent des restes de nourriture et les transforment en compost.

Le lombricompost est relativement petit et peut se stocker sous l’évier de la cuisine. Il a l’avantage de ne pas dégager d’odeur.

Le compost peut être utilisé pour les plantes de la maison. Le sous-produit, qui est essentiellement constitué d’excréments partiels de sol et de vers, est rempli d’azote et de tout ce qui est bon pour la fertilisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement