Facebook fait la chasse aux fake news

  • Publié le: vendredi 17 février 2017

Depuis la campagne de Donald Trump, tous les commentateurs ont la même expression à la bouche : « fake news ». Ces fausses informations, véhiculées dans les médias et particulièrement sur le web, servent à désinformer le public et sont de plus en plus dures à repérer. Facebook a décidé de mettre en place un dispositif pour limiter les relais de ces infos trompeuses sur ses pages.

Depuis que le phénomène des fake news a pris de l’ampleur fin 2016, Facebook a régulièrement été montré du doigt. Selon les détracteurs du réseau social, il se montrerait trop complaisant envers ces fausses informations en ne les contrôlant pas assez. Mais le 6 février dernier, Facebook a décidé de contre-attaquer. L’entreprise a ainsi annoncé un partenariat original avec huit médias français pour faire la chasse aux fake news. L’idée est simple : mettre en place un portail sur lequel les internautes pourront déposer les liens vers des informations douteuses. Les médias contrôlent alors la source et la véracité de l’information. Si au moins deux d’entre eux jugent que l’information n’est pas fiable, elle fait alors l’objet d’une alerte. Signalée par un drapeau rouge, l’information ne pourra pas servir de contenu publicitaire, et elle est automatiquement sortie du fil de suggestions par l’algorithme de Facebook.

Parmi les médias partenaires du projet, on trouve l’AFP, France Télévisions, Le Monde, Libération, L’express, BFM tv, France Médias Monde mais aussi le journal gratuit 20 minutes. C’est la première fois qu’un dispositif anti-fake news de cette ampleur est mis en place en France. Les médias partenaires sont sensés apporter la garantie de sérieux dont le projet a besoin pour rassurer les utilisateurs de Facebook. Mais le réseau social en profite aussi pour affirmer plus que jamais sa prise de responsabilité en matière de contenu. Facebook avait déjà mis en place un dispositif d’alerte pour les contenus à tendance suicidaire. Un engagement social qui va bien au-delà des objectifs financiers de l’entreprise américaine et qui cherche à prouver l’implication de Facebook dans les différentes questions actuelles de société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les