Soins pour bébés : trop des substances à risque

  • Publié le: mercredi 17 février 2016

Une étude menée sur les cosmétiques pour bébés a été rendue publique lundi dernier. Elle dresse un constat accablant en pointant du doigt les compositions qui contiennent des substances jugées préoccupantes par les associations.

L’étude a été menée en France par le réseau d’associations Women in Europe for a Common Future (WECF), et elle a passé à la loupe tous les soins quotidiens pour bébés vendus en grandes surfaces, pharmacies ou parapharmacies, y compris chez les distributeurs bio. Lingettes, laits de toilettes, produits pour le change… Au total, ce sont 341 produits de cosmétique qui ont été testés, avec un résultat très mauvais : 299 produits ont révélé la présence de trois ingrédients (ou familles d’ingrédients) jugés « à risque élevé » pour la santé ; et 181 produits contiennent quatre ingrédients (ou familles d’ingrédients) jugés « à risque modéré ».

Avec ce rapport, le WECF demande aux autorités d’encadrer plus strictement la composition des cosmétiques pour bébés en interdisant les trois ingrédients à risque élevé pour les soins bébés (moins de trois ans). Elle souhaite aussi des restrictions d’usage pour les ingrédients à risque modéré au nom du principe de précaution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement