Ecoles de management : former les futurs managers à la RSE

  • Publié le: lundi 16 octobre 2017

Dans un contexte de crise économique, la question de la résilience des entreprises est clairement posée. La prise en compte du développement durable par celles-ci doit donc être vue comme un enjeu stratégique majeur. Pourtant c’est un sujet que les grandes écoles de management abordent de manière superficielle alors qu’il demeure fondamental si elles veulent en faire des décideurs efficaces, agiles et adaptés aux évolutions de nos sociétés.

De récentes études montrent très nettement que l’intégration de la dimension sociale et environnementale et leur mise en œuvre concrète dans les entreprises (ce que l’on appelle la responsabilité sociétale des entreprises – RSE)  sont à l’origine d’une meilleure performance économique.

Leur capacité à intégrer les salariés – bien-être, gouvernance, formation continue, conditions de travail, etc. – dans une « démarche responsable » leur permet à la fois de les motiver et de les retenir plus facilement, mais aussi de rendre l’entreprise plus attractive et d’améliorer sa réputation. Par ailleurs, les organisations les plus avancées en matière de politique de développement durable sont aussi celles qui investissent le plus dans l’innovation, source de croissance et d’emploi.

On comprend dès lors la nécessité d’enseigner aux étudiants des grandes écoles de commerce et de management l’intérêt et les enjeux du développement durable pour devenir des entrepreneurs et des managers responsables.

La RSE au cœur des attentes des entreprises

Ainsi, parmi les principales préoccupations des consommateurs issus de la Génération Y et de la Génération Z, on retrouve systématiquement l’origine et l’impact environnemental des produits qu’ils achètent. Apparaissent également les questions d’éthiques ou de l’impact sanitaire des produits.

Parmi les préoccupations émergentes des salariés on trouve le bien-être au travail et la question du management bienveillant.

Enfin, les parties prenantes sont aussi demandeuses car parmi leurs préoccupations on trouve l’information et la communication sur l’engagement des entreprises et des organisations.

En d’autres termes : tous les indicateurs convergent sur l’idée que le développement durable est en passe de devenir une question de plus en plus fondamentale à tous les niveaux de l’entreprise : du département innovation et conception jusqu’au département marketing en passant par le management.

Et d’ailleurs, les chiffres montrent que cette tendance est déjà en marche. Les entreprises impliquées dans la durabilité performent mieux que celles qui ne le sont pas (de l’ordre de 14% !).

Celles qui s’investissent dans le bien-être au travail ou le management responsable voient leurs salariés plus efficaces, plus heureux, et subissent moins de turn-over (donc moins de coûts RH).

Les profils ayant une maîtrise du contexte de développement durable et de ses outils et la capacité à intégrer à leurs activités ces problématiques sont d’ores et déjà recherchés. Dans son étude de prospective sur l’emploi WiserSKILLS place d’ailleurs dans le top 5 des métiers qui recruteront le plus à l’avenir le “Responsable RSE / Développement Durable” et le “Chief Happiness Officer” (chargé de créer des environnements de travail agréables et responsables).

Il est donc important que les écoles de commerce accompagnent les étudiants, les managers de demain, pour qu’ils disposent d’une bonne compréhension de ces enjeux et d’un sens aigu de leurs multiples responsabilités.

Répondre aux normes et mettre en place une politique RSE

Depuis les lois NRE jusqu’aux lois Grenelle en passant par la loi sur le Devoir de Vigilance, les entreprises sont de plus en plus soumises à des exigences légales sur la prise en compte de la durabilité dans leurs activités.

Reporting, analyse de matérialité, dialogue avec les parties prenantes sont autant de facettes du management durable qui s’inscrivent progressivement dans la loi.

Et la tendance promet de s’accélérer : taxe carbone, responsabilité juridique des gestionnaires de supply chain, intégration des objectifs de durabilité dans la rémunération des dirigeants sont autant de chantiers qui pourraient se développer dans les années à venir.

Les normes aussi se multiplient : ISO26000 sur le management responsable, ISO14001 sur le système de management environnemental, ISO20400 sur les achats durables sont désormais des pré-requis pour travailler avec de nombreuses organisations.

Les Écoles de Commerce et de Management doivent être à la pointe de ce changement en proposant non seulement des parcours spécialisés dans la RSE, mais surtout en intégrant ces compétences dans le socle commun de chacune de leurs formations.

One thought on “Ecoles de management : former les futurs managers à la RSE

  1. Je veux savoir comment m inscrire. Quel est le programme? Est ce que ce cursus s’adresse également à ceux qui travaillent déjà?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Google atteindra les 100% d’énergies vertes avant 2019

    Alors que la COP23 a ouvert ses portes la semaine dernière en Allemagne, il semble désormais évident que les résultats en matière de transition énergétique passeront en priorité par le secteur privé plutôt que par les engagements politiques des nations.

le Coin ESS