Les citoyens chinois bientôt évalués par leur gouvernement

  • Publié le: mardi 15 novembre 2016

Le gouvernement chinois a annoncé fin septembre un nouveau plan national afin de lutter contre la corruption qui gangrène le pays. Le principe est simple : utiliser absolument toutes les données professionnelles et personnelles des citoyens pour les évaluer individuellement. En fonction de la note recueillie, le citoyen pourra bénéficier d’avantages ou être privés de certains droits.

La Chine n’est pas reconnue pour être la championne des droits de l’Homme, mais la dernière annonce en date du gouvernement chinois dépasse de loin les scénarios catastrophes des romans d’anticipation. Depuis quelques années maintenant, plusieurs scandales ont éclaboussé le pourvoir en place en Chine. Des hauts responsables ont été critiqués pour s’être rendus complices de fraudes et avoir accepté des pots de vin. Face à la corruption qui entache son image, le gouvernement chinois a donc décidé de répliquer avec force en lançant un plan national « pour la transparence ».

En fait de transparence, ce que le gouvernement souhaite mettre en place, c’est un système de collecte des données privées à grande échelle. Le but est d’utiliser toutes les informations personnelles et professionnelles des citoyens pour déterminer leur degré de fiabilité : les données financières, le comportement au travail, le respect du code de la route, les publications sur les réseaux sociaux… Tout sera collecté et analysé pour l’évaluation de chaque citoyen. Un score élevé apporte des avantages : obtention d’un visa pour voyager à l’étranger, possibilité de voyager en première classe, possibilité d’envoyer ses enfants dans les meilleures écoles, promotion au travail… En revanche, une mauvaise note entraînera des conséquences : impossibilité de quitter le territoire, de souscrire un prêt…

La Chine souhaite mettre en place ce nouveau système de notation d’ici 2020. Un délai qui laisse un peu de temps aux pays occidentaux pour répondre à cette question : quelles relations diplomatiques et commerciales peut-on entretenir avec un pays qui bafoue à ce point les libertés individuelles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les