La santé du cerveau humain est en danger

  • Publié le: vendredi 15 juillet 2016

Un petit séisme a eu lieu la semaine aux Etats-Unis à cause de la mobilisation de plusieurs chercheurs américains qui cherchent à faire entendre leurs inquiétudes au sujet des substances chimiques nocives qui modifient le cerveau humain. Ils demandent instamment aux autorités de mettre en place un encadrement adéquat.

C’est dans la revue spécialisée Environmental Health Perspectives que 50 chercheurs américains ont choisi de faire entendre leurs voix en publiant une tribune qui a depuis été reprise par de nombreux médias dans le monde. Dans un article détaillé, les scientifiques dressent un constat inquiétant : les substances chimiques nocives n’ont jamais été aussi présentes et l’ensemble de la population y est exposée au quotidien. Face au manque d’encadrement nécessaire, ces substances influent sur la santé des individus et notamment sur le développement cérébral. Et pour soutenir leur point de vue, les scientifiques ne manquent pas d’arguments.

Dans les années 1970, on diagnostiquait un enfant sur 3 000 atteint de trouble lié à l’autisme ; actuellement le ratio est de 1 sur 68. Une évolution aussi effrayante que rapide. Dans le même temps, de nombreux troubles cognitifs, comme l’hyperactivité ou les déficiences d’attention, ont largement progressé parmi la population. Pour les auteurs de la tribune, la cause principale se trouve dans l’exposition continue des organismes à des substances chimiques qui polluent l’environnement. Ces substances ont des conséquences très graves pour les humains car elles entraînent des troubles neuro-comportementaux qui sont par la suite très difficiles à traiter.

Afin d’enrayer le phénomène, les chercheurs américains demandent aux autorités américaines de revoir drastiquement la réglementation en matière de polluants et de produits toxiques. Les substances dangereuses doivent être bannies rapidement et elles doivent être remplacées par des produits respectueux de l’environnement. A l’heure actuelle, aux Etats-Unis comme en Europe, il est très difficile de faire changer la réglementation trop souple et, même lorsqu’une substance dangereuse a été identifiée, le délai d’interdiction est encore beaucoup trop long.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les