Google atteindra les 100% d’énergies vertes avant 2019

  • Publié le: mardi 14 novembre 2017

Alors que la COP23 a ouvert ses portes la semaine dernière en Allemagne, il semble désormais évident que les résultats en matière de transition énergétique passeront en priorité par le secteur privé plutôt que par les engagements politiques des nations. Dernier exemple en date : l’entreprise américaine Google vient tout juste d’annoncer qu’elle sera capable de s’alimenter en 100% d’énergies vertes avant 2019.

Avec plus de 50 000 salariés répartis dans des dizaines de lieux de travail dans le monde et des data centers réputés pour être parmi les plus énergivores au monde, le géant Google semblait mal parti pour amorcer sa transition énergétique. Pourtant l’entreprise n’a pas hésité à investir et à s’engager dans une démarche RSE visant à couvrir ses besoins grâce aux énergies renouvelables. Un engagement qui a pris la forme d’un pari plutôt risqué : dans son rapport annuel de 2017, l’entreprise a pris officiellement l’engagement de s’alimenter en 100% d’énergies vertes d’ici la fin d’année 2018. Pour réussir un tel pari, l’entreprise appuie sa stratégie sur les fermes solaires et éoliennes qu’elle utilise déjà aux Etats-Unis ainsi que dans plusieurs pays du nord de l’Europe. Google compte également généraliser le déploiement de panneaux solaires sur les toits de ses bâtiments.

En parallèle, le groupe continue sa démarche de diminution des besoins énergétiques. Entamé en 2007, ce projet d’économies d’énergie emploie à plein temps des ingénieurs chargés de faire baisser la consommation électrique des data centers. En dix ans de travail, ils ont déjà diminué le bilan carbone de ces installations de 50%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Zara, rends l’argent !

    Branle-bas de combat ce lundi 6 novembre chez Zara. Des ouvriers de la société Bravo (sous traitant de Zara en Turquie) ont laissé des mots mettant en avant les conditions de travail déplorables du géant du prêt à porter. « J’ai

le Coin ESS