Les entreprises françaises sont de mauvais payeurs

  • Publié le: lundi 14 mars 2016

L’étude annuelle sur les délais de paiement des entreprises françaises révèlent un vrai problème de responsabilité financière parmi les entreprises françaises qui systématisent les retards de paiement.

L’Observatoire des délais de paiement vient de publier son rapport annuel qui dresse le bilan des relations financières entre les entreprises. Le résultat est loin d’être brillant : 32% des entreprises françaises ne respectent pas le délai de paiement de deux mois maximum pour leurs prestataires ou fournisseurs. Chose paradoxale, ce sont les grandes entreprises qui ont le plus de mal à payer leurs factures en temps et en heure. Problème d’organisation ou stratégie délibérée ? Le problème est en tout cas très sérieux puisque les entreprises en attente de paiement sont fragilisées par cette précarité financière. Et ce sont souvent les plus petites structures qui sont les plus impactées : le rapport estime que les PME sont les plus touchées, et qu’il leur manque à l’heure actuelle 16 milliards d’euros.

La Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes avaient déjà augmenté ses contrôles en 2015, elle compte bien être encore plus stricte en 2016 pour s’assurer que les entreprises françaises se montrent plus responsables sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • Je donne, l’application qui facilite les dons

    La Start-up ItiQiti vient de lancer une plateforme de don en ligne. Le site s’appelle sobrement Je donne et il propose de mettre en relation en quelques clics seulement les donateurs avec des associations. L’idée de départ derrière le projet