Des faucheurs de chaises pour défendre le climat

  • Publié le: jeudi 12 novembre 2015

Si certains mouvements écologiques sont habitués à monter des opérations coup de poing, comme Greenpeace par exemple, c’est un tout autre type de manifestation qui est apparu en France ces derniers jours : les faucheurs de chaises. Leur but ? Aller prendre des chaises dans des agences bancaires soupçonnées de favoriser l’évasion fiscale.

C’est l’association ATTAC qui a lancé l’appel des faucheurs de chaises. L’initiative repose sur une idée simple : réunir 196 chaises, soit autant de chaises que de pays qui seront présents à la COP 21. Des chaises vides qui symbolisent l’impuissance et le manque de mobilisation des pays face à l’évasion fiscale. Un combat en rapport direct avec celui de l’environnement puisque l’argent perdu grâce aux paradis fiscaux pourrait servir à financer des politiques environnementales ambitieuses. Avec cet argument, les faucheurs de chaises veulent mobiliser l’opinion publique et faire entendre leur voix.

Lundi dernier, c’est une agence HSBC de Lyon qui a été prise pour cible. L’organisme avait été mis en cause dans l’affaire Swissleaks. A l’heure actuelle, les faucheurs annoncent qu’ils ont déjà collecté 96 chaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement