Anne Hidalgo dirigera le réseau des plus grandes villes du monde

  • Publié le: vendredi 12 août 2016

La maire de Paris, Anne Hidalgo, vient d’être élue à la tête d’un réseau regroupant les plus grandes métropoles de la planète et visant à mettre en place des solutions pour lutter contre le réchauffement climatique.

Certains diront que c’est la suite logique de la COP 21 : Anne Hidalgo a été élue, lundi 8 août, à la tête de Cities 40. Seule candidate à l’élection, la maire de Paris succède au maire de Rio de Janeiro, Eduardo Paes, qui assumait jusqu’ici les fonctions de président du réseau. Créé en 2005, ce regroupement compte pas moins de 85 métropoles réparties aux quatre coins de la planète : Paris, Rio, New York, Pékin, Londres, Rome, Bombay, Séoul, San Francisco, Le Caire, Moscou… Chaque ville est représentée par son maire et participe à la mise en place de solutions globales afin de lutter contre le réchauffement climatique. Les engagements des villes sont écologiques mais aussi humanitaires, voire technologiques : le réseau réfléchit ainsi au moyen d’accueillir les réfugiés, d’améliorer les politiques sociales, d’augmenter la qualité de vie en zone urbaine, de développer des réseaux de transports performants et durables…

L’influence des métropoles de Cities 40 est considérable : les 85 villes représentent ensemble pas moins de 650 millions d’habitants et près de 20% du PIB mondial. Revers de la médaille, elles pèsent aussi près de 70% des émissions de gaz à effet de serre. Non seulement leurs décisions peuvent donc influer directement sur la qualité de vie mondiale, mais elles peuvent aussi servir d’exemple et inspirer d’autres villes à leur emboîter le pas. Anne Hidalgo a déjà assuré que son mandat serait ambitieux en matière d’écologie afin de s’inscrire dans la continuité de la COP21 et des engagements pris par les états signataires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • A Montreuil, on soutient les start-ups sociales

    Les incubateurs de start-ups existent depuis déjà plusieurs années. Mais dernièrement, ces lieux d’innovation ont croisé la route des initiatives d’économie sociale et solidaire. A Montreuil par exemple, la ville a ouvert les portes d’un incubateur spécialisé dans le soutien