Detox : la campagne de Greenpeace porte ses fruits

  • Publié le: mardi 12 juillet 2016

Lorsque Greenpeace a initié son projet Detox il y a cinq ans, peu de marques se sentaient concernées. Mais grâce au classement des entreprises textile utilisant le moins de produits toxiques, l’ONG a su sensibiliser le monde de la mode. Les résultats 2016 prouvent que l’avancée va dans le bon sens.

A quand une production mondiale de textile débarrassée de produits toxiques ? C’est la question que Greenpeace a lancé en 2011 avec sa campagne Detox. Le but de la campagne est simple : sensibiliser les consommateurs aux enjeux environnementaux liés à la production textile, mais aussi mobiliser les entreprises pour qu’elles revoient leurs méthodes de fabrication. L’objectif, à l’horizon 2020, est d’éradiquer tout produit toxique des chaînes de production. Et l’enjeu est énorme : à cause des produits polluants utilisés, de nombreux sites de production dans le monde ont entraîné la pollution des environs. Greenpeace estime ainsi qu’environ 80% des nappes phréatiques chinoises sont polluées à cause des usines.

Pour l’édition 2016, Greenpeace a pu compter sur l’engagement de 19 enseignes textiles. Le classement, fondé sur l’impact écologique des productions de chaque marque, montre une amélioration par rapport à la première édition du classement. Mais l’ONG constate que de nombreux progrès restent à faire. Cette année, trois marques se distinguent par leurs efforts : H&M, Zara et Benetton. On trouve 12 marques qui ont encore des progrès à accomplir (parmi lesquels C&A, Adidas, Levi’s ou encore Puma) et 4 marques en retard par rapport aux autres (dont notamment Nike et Esprit).

Néanmoins l’échantillon des marques qui se sont prêtées au classement n’est pas forcément représentatif du secteur du textile. Si certaines grandes enseignes jouent le jeu et font de nombreux efforts, les marques de luxe (comme Armani, Hermès ou Dior) se démarquent par leur absence totale de volonté de changement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les