L’aviation civile internationale s’engage pour le climat

  • Publié le: mardi 11 octobre 2016

La semaine dernière, l’aviation civile internationale est devenue le premier secteur d’activité à adopter un plan d’action pour compenser ses émissions de gaz à effet de serre.

C’est à Montréal que s’est tenue l’assemblée générale annuelle de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) avec pour objet la mise au point et la signature d’un système visant à compenser les émissions de CO2 de leur activité à l’échelle mondiale. Un premier texte avait été soumis, mais la Chine avait retoqué le projet. Cette nouvelle version a finalement réussi à mettre toutes les parties d’accord. Il faudra toutefois attendre 2021 pour que ce plan rentre en vigueur.

L’idée défendue par l’OACI est très simple : mettre en place un système d’échange de crédits carbone. Les entreprises d’autres secteurs économiques qui n’ont pas utilisé tous leurs crédits carbone pourront les vendre aux compagnies aériennes. Le principe devrait en théorie éviter des dépassements de seuil des émissions de CO2 à l’échelle mondiale. Mais plusieurs ONG ont déjà fait part de leur scepticisme face à ce principe qui ne limite pas le nombre de crédits qu’une compagnie aérienne peut dépenser au total sur une année. Trouvant le système trop peu contraignant, les écologistes craignent que ce système ne permette aucune réduction des gaz à effet de serre.

Pour l’instant, 65 pays se sont déjà engagés à participer à la première phase du projet en 2021. Cette phase de test et de mise en place du système de vente des crédits carbone se fera sur la base du volontariat. Ce n’est qu’à partir de 2027 que le programme deviendra obligatoire pour toutes les compagnies aériennes. L’Assemblée générale de l’OACI a par ailleurs pris des dispositions pour que les petits pays insulaires et les états peu développés ne soient pas soumis au respect de ce système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les