L’UFC-Que choisir lance une application qui permet de déterminer les produits indésirables dans les cosmétiques

  • Publié le: mardi 10 juillet 2018

Afin de permettre aux consommateurs une meilleure lisibilité des produits cosmétiques, l’UFC-Que Choisir propose depuis quelque mois une application qui permet en un scan de déterminer les produits indésirables.

L’UFC-Que Choisir propose à travers son application un guide à destination des consommateurs. Celui-ci contient 6 000 références produits, allant de la crème pour le visage au shampoing, en passant par les gels lavants pour les mains. L’utilisation est simple. Le consommateur scanne le produit et l’application analyse les substances qui le compose. Ensuite, l’utilisateur est informé à travers un code couleur de la nocivité ou non du produit pour la santé.
Si le produit s’avère mauvais pour la santé, l’application proposera un intermédiaire (s’il existe une alternative référencée).
Quoi qu’il en soit, « L’application informe immédiatement sur la présence ou l’absence de composés indésirables et leur niveau de dangerosité selon le profil : femme enceinte, enfant ou adulte », indique l’UFC-Que Choisir.

Depuis 2017, l’association avait trouvé près de 23 substances interdites dans 400 produits analysés.
Il est à noter que les marques de distributeurs ne sont pas les plus mauvais élèves. Chez Lidl par exemple, 86% des produits sont exempts de substances indésirables, contre 82% chez Auchan. La moyenne nationale, toutes marques confondues est de un produit sur deux.
Au total, on retrouve « des perturbateurs endocriniens dans 55 % des maquillages, des allergènes dans 42 % des produits de soin des cheveux ou encore des substances irritantes dans 72 % des dentifrices ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement