Pétrole : l’Equateur sacrifie une réserve écologique

  • Publié le: vendredi 9 septembre 2016

L’Equateur a démarré hier l’exploitation d’une réserve écologique afin de pomper du pétrole. La zone protégée fait partie du parc amazonien et plusieurs populations indigènes y vivent. Leur habitat est menacé et l’exploitation est appelée, dans les années à venir, à prendre encore plus d’ampleur.

L’Equateur est l’un des pays d’Amérique du Sud dont le sol offre les plus grandes réserves d’hydrocarbures. L’une des plus grandes réserves se situe dans le parc amazonien Yasuni. Les scientifiques estiment que ce gisement représente à lui seul 42,5% des réserves de pétrole de l’Equateur. Pendant de nombreuses années, l’Equateur a pourtant gardé cette réserve intacte. Le parce amazonien est une zone protégée classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO à cause de sa biosphère unique. Ce classement était sensé assurer la protection de la faune, de la flore mais aussi des populations locales indigènes qui vivent sur place.

Malgré le fait que le gouvernement équatorien a cherché plusieurs solutions économiques ces dernières années, la décision a finalement été prise de passer outre les intérêts écologiques et humains afin d’entamer l’exploitation du gisement pétrolier. Mercredi 7 septembre, le pompage a officiellement commencé. C’est une entreprise d’état, Petroamazonas, qui a la charge de l’exploitation et elle affiche des ambitions importantes : produire 300 000 barils par jour à l’horizon 2022. Face aux intérêts économiques, des associations écologistes ont déjà fait savoir qu’elles comptaient lancer des actions afin de défendre les populations indigènes et préserver la zone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports