Autolib’ : Renault veut lancer son propre service d’autopartage

  • Publié le: lundi 9 juillet 2018

La mairie de Paris et le directeur adjoint du groupe Renault, Thierry Bolloré ont annoncé leur future collaboration autour du nouveau service de location de véhicules électriques à Paris.

Le 4 juillet dernier, Anne Hidalgo et Thierry Bolloré (cousin de Vincent Bolloré, dont la fille était à la tête d’Autolib’) ont annoncé leur volonté de donner suite aux Autolib’ en travaillant sur une offre de location de véhicules électriques en libre-service à Paris. Les véhicules ne se rechargeraient pas sur des bornes comme c’était le cas pour les Autolib’ mais seraient nettoyés et rechargés la nuit par les équipes Renault. Accessibles 24h/24 et 7j/7, aucun système d’abonnement n’est pour l’instant prévu.
2 000 voitures devraient être déployées d’ici fin 2019.
Pour Anne Hidalgo il s’agit d’un moyen de rebondir après le fiasco Autolib’. La Maire de Paris évoque ainsi « les villes et les constructeurs automobiles ont vocation à s’allier pour l’avenir de la mobilité durable ».

Le lancement est prévu pour septembre 2018 et s’étendra pour l’instant à Paris intra-muros. La Mairie de Paris n’a pas signé avec Renault. En effet, l’offre de location en autopartage s’étant largement développée ces dernières années à Paris, la ville souhaite faire jouer la concurrence. Le Groupe PSA va déployer une flotte de véhicules électriques prochainement dans la capitale, tout comme la société de location de véhicules entre particuliers Drivy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

  • The North Face mise sur le recyclage

    Après avoir été l’une des premières grandes marques à s’intéresser à la collecte de vêtements à recycler, The North Face devient la première marque à proposer d’acheter des vêtements réparés dans ses magasins. Quelques mois après avoir été pointée du doigt

le Coin ESS

  • La finance solidaire doit sortir de sa niche

    Alors que le système actuel des marchés financiers fait défaut aux gens, à la planète et aux investisseurs , il est temps que la finance à impact social se généralise.  Au cours des dix années qui se sont écoulées, l’investissement