Minimalisme : pourquoi il séduit tant ?

  • Publié le: lundi 8 janvier 2018

On entend de plus en plus souvent parler du minimalisme qui fait de nouveaux adeptes chaque jour, mais pourquoi plait-il autant ?

 

En totale contradiction avec le modèle de société qui s’est construit dans les années 70, et qui renvoie à l’idée d’un ordre économique et social basé sur la création et la stimulation systématique d’un « besoin » de profiter de biens de consommation et de services dans des proportions toujours plus importantes, le minimalisme prône la possibilité de vivre mieux avec moins.

 

Le minimalisme invite à penser autrement sa vie et la société. Il repose sur le principe de posséder moins, pour mieux cerner la valeur des choses qui nous entourent.

 

Etre ou avoir : Un chemin vers le développement personnel

 

Passer par le minimalisme c’est donc simplifier son mode de vie en réduisant sa consommation et ses possessions pour ne garder que l’essentiel. Les minimalistes vont ainsi à contre-courant de la grande consommation, en privilégiant la qualité à la quantité, en favorisant ce qui est immatériel au bien matériel.

Et les minimalistes y parviennent en faisant un travail personnel qui leur permet de prendre conscience de leur environnement et des choses qui les entourent. Parmi les possibilités, on retrouve en premier lieu faire le tri dans sa maison : donner les vêtements que l’on ne porte pas, revendre les objets qui s’accumulent et prennent la poussière chez soi, libérer du temps pour des activités avec ses proches, faire des expériences, des voyages, des rencontres…

Le fait d’avoir peu de possessions permettrait d’en estimer pleinement la valeur et de rendre plus heureux.

Le minimaliste favorise l’expérience au bien matériel, car une expérience se garde et se transmet tout au long de la vie. Un bien matériel apporte une satisfaction souvent temporaire et assouvit davantage une pulsion qu’un réel besoin.

Les autres avantages sont entre autres le temps et l’argent gagné. Avoir moins de choses, c’est passer moins de temps à ranger, à nettoyer, et c’est de l’argent économisé sur les achats compulsifs, que l’on peut dépenser pour un beau voyage par exemple.

Une chose est sûre, le minimalisme a trouvé ses adeptes, et en plus d’être bon pour l’esprit, il est bon pour notre planète. Certains groupes mettent en place des expériences. A l’occasion de la nouvelle année, Zero Waste France lance le défi « Rien de neuf en 2018 ». L’objectif est d’explorer de nouvelles façons de consommer en réduisant la consommation de produits neufs (hors denrées alimentaires, produits d’hygiènes et cosmétiques). Plus de 3 000 personnes ont déjà accepté de le relever.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • SoUse : l’économie participative a son moteur de recherche

    Grâce au financement de la Maif, le moteur de recherche SoUse a été lancé il y a quelques mois. Son but : rendre plus visible les acteurs de l’économie participative et circulaire afin de mieux accompagner les clients dans leurs recherches.