Trump soutient l’industrie pétrolière et relance le projet Keystone

  • Publié le: vendredi 7 avril 2017

Le 27 mars dernier, le président des Etats-Unis, Donald Trump, a donné son accord pour le lancement des travaux du projet Keystone XL. Mené par l’entreprise pétrolière TransCanada, ce projet vise à construire un oléoduc entre le Canada et le sud des Etats-Unis. Un soutien officiel à l’industrie pétrolière qui ne passe pas auprès des écologistes.

Pendant huit d’administration démocrate, Barack Obama s’était fermement opposé à la construction de l’oléoduc Keystone, estimant qu’il ne représentait pas une priorité pour l’approvisionnement énergétique des Etats-Unis et qu’il représentait une menace pour l’environnement. Mais avec le changement de président, les changements en matière de politique énergétique commencent à se faire sentir. Pendant toute sa campagne, Donald Trump s’est affiché comme le soutien officiel des l’industrie pétrolière, n’hésitant pas à s’engager en faveur du projet Keystone avant même son investiture.

Avec le permis présidentiel, l’entreprise pétrolière TransCanada va pouvoir lancer les travaux de son énorme oléoduc. Il partira de la région de l’Alberta, où le pétrole est produit en grande quantité en étant extrait de sables bitumeux, et traversera les Etats-Unis du nord au sud, sur plus de 2 000 km, pour acheminer le pétrole dans le sud du Texas, là où sont installées de nombreuses raffineries. L’industrie pétrolière nord-américaine se flatte déjà de cette décision, mais plusieurs associations écologistes comptent déposer des recours en justice afin de protéger des zones naturelles qui pourraient être sinistrées par les travaux de l’oléoduc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports