La pénurie d’eau : un risque de plus en plus important

  • Publié le: vendredi 6 avril 2018

Les experts en parlent depuis vingt ans, mais l’hypothèse d’une pénurie d’eau à l’échelle mondiale est en train de devenir une réalité. Grâce aux dernières informations collectées dans le monde entier par des scientifiques, l’Unesco a publié un rapport qui dresse un portrait catastrophique des réserves d’eau de notre planète. Selon le rapport, environ 6 milliards d’êtres humains souffriront du manque d’eau à l’horizon 2050.

Le 22 mars dernier, c’était la Journée mondiale de l’eau. A cette occasion, l’Unesco en a profité pour publier son rapport sur l’état des ressources en eau potable, notamment les nappes phréatiques utilisées par les êtres humains. Les résultats des dernières recherches publiés dans le rapport n’ont rien d’enthousiasmant : l’humanité devrait être confronté à une pénurie d’eau dès 2050, et 6 milliards de personnes sont particulièrement exposées à ce risque de pénurie d’eau.

A l’heure actuelle, la pénurie d’eau se fait déjà sentir dans certaines zones qui sont peu ou pas du tout couvertes par des réserves d’eau potable. L’Unesco recense ainsi 3,6 milliards d’habitants sur la planète qui vivent dans des zones arides. La raison pour laquelle la situation devrait se dégrader dans les années à venir, c’est que les réserves des nappes phréatiques s’épuisent (l’eau est abondamment utilisée pour l’agriculture). Dans certains cas, c’est la qualité de l’eau qui se dégrade à cause des produits chimiques qui la rendent impropre à la consommation.

D’après les experts qui ont rédigé le rapport, environ 65% des terres humides de la planète ont été perdues en l’espace d’un siècle, du seul fait de l’activité humaine. Plus que jamais, l’Unesco estime qu’il faut investir dans des solutions durables pour limiter le risque de pénurie d’eau à l’échelle mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • SoUse : l’économie participative a son moteur de recherche

    Grâce au financement de la Maif, le moteur de recherche SoUse a été lancé il y a quelques mois. Son but : rendre plus visible les acteurs de l’économie participative et circulaire afin de mieux accompagner les clients dans leurs recherches.