Ségolène Royal veut créer une démocratie environnementale

  • Publié le: vendredi 5 août 2016

Ségolène Royal avait déjà annoncé en début d’année sa volonté de mettre en place un droit d’initiative pour les citoyens. Avec la présentation mercredi 3 août en conseil des ministres d’une ordonnance sur la démocratie environnementale, c’est désormais chose faite.

Le 3 juin dernier, le sénateur Alain Richard a remis à la ministre de l’écologie le rapport de sa commission sur la démocratisation du dialogue environnemental dans l’hexagone. Car avec l’enlisement des débats autour de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Ségolène Royal ne veut plus que d’autres projets puissent se retrouver dans une impasse. Son idée : permettre aux parties prenantes,  et surtout aux citoyens, de se mobiliser activement contre un projet tout en étant bien informés en amont.

C’est dans ce sens que la ministre a présenté en conseil des ministres sont ordonnance sur la démocratie environnementale. Une ordonnance qui va changer la donne en créant un nouveau droit de pétition. Désormais, pour les projets d’au moins 150 milliards d’euros, un groupe de 10 000 citoyens aura la possibilité de saisir directement la Commission nationale du débat public afin de lancer une concertation ou un débat public. La Commission pourra aussi être saisie pour le lancement d’un débat public national par 60 députés, 60 sénateurs ou 500 000 citoyens.

Outre ces mesures de droit de pétition, l’ordonnance dévoile aussi des dispositions pour simplifier la mise à disposition des informations en amont des projets. Elle prévoit aussi que les maîtres d’œuvre des projets puissent initier librement une concertation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • Assurer un récif de corail : économie et écologie font cause commune

    Au Mexique, l’assureur Swiss Re va proposer un nouveau service d’assurance aux entreprises du secteur touristique de Cancùn : assurer les récifs coralliens. Une initiative originale qui permettrait de sauvegarder plus efficacement les récifs en cas d’intempéries par exemple. Assurer