Chine : interdiction du commerce de l’ivoire

  • Publié le: jeudi 5 janvier 2017

La Chine a pris la décision officielle d’interdire dès 2017 le commerce de l’ivoire sur son territoire. Une décision importante aussitôt saluée par différentes ONG qui milite depuis longtemps contre le braconnage des éléphants.

Le gouvernement chinois a pris ses bonnes résolutions avec un peu d’avance : le 30 décembre 2016, il a annoncé sa volonté d’interdire le commerce d’ivoire sur son sol. Et l’échéance est très courte puisque certaines dispositions entrent en vigueur dès mars 2017, et l’interdiction complète sera pour 2018. Au total, ce sont 143 centres de commerce et 34 entreprises chinoises qui sont concernées. A terme, il ne sera plus possible d’importer, de transformer et de vendre de l’ivoire en Chine. Le gouvernement ne fait qu’une seule exception : la vente d’objets d’art en ivoire dont la source est connue et légitime sera toujours possible.

Cette décision prise par le gouvernement chinois intervient alors que la Chine est toujours le premier marché mondial de l’ivoire. La demande pour les objets décoratifs réalisés en ivoire est très grande, et elle pèse lourdement sur le braconnage des éléphants. L’essentiel de l’ivoire vendu sur le sol chinois provient d’Afrique où la population d’éléphants a diminué de façon accablante ces dix dernières années. Malgré les mesures prises par les autorités locales et les associations, la préservation des éléphants reste très compliquée et la lutte contre le braconnage est peu efficace. Avec la fermeture du marché chinois, les ONG espèrent que le braconnage cessera et que la population des éléphants d’Afrique sera ainsi sauvée.

Depuis plusieurs années déjà, plusieurs ONG dont WWF faisaient pression sur le gouvernement chinois pour demander l’arrêt du commerce de l’ivoire. En 2014, la Chine avait détruit le stock d’ivoire de contrebande saisie, soit plus de 6 tonnes d’ivoire. Avec cette nouvelle annonce, Pékin envoie un signe fort aux pays occidentaux pour montrer sa bonne volonté à s’engager dans une politique plus respectueuse de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

le Coin ESS

  • FarmerLine : quand l’ESS aide à développer l’agriculture

    En juin dernier, les deux jeunes fondateurs de la start-up FarmerLine, basée au Ghana, ont reçu le prix international Roi-Baudoin dans la catégorie développement. Un prix qui récompense leur contribution exceptionnelle au développement en Afrique. Avec leur application innovante, les