Des vignobles bordelais mis en examen

  • Publié le: vendredi 4 novembre 2016

Deux vignobles de la région bordelaise viennent d’être mis en examen à cause de l’usage inapproprié de pesticides sur leurs vignes qui ont mis en danger la santé des enfants d’un établissement scolaire. Avec cette nouvelle affaire, c’est la question de la réglementation des pesticides qui se trouve à nouveau mis sur la sellette.

La mise en examen des vignobles bordelais du Château Castel La Rose et du Château d’Escalette a été annoncée hier. Elle intervient à la suite d’un épandage de pesticides qui a eu lieu en mai dernier. Les deux domaines avaient pulvérisés des pesticides sur des vignes situées à proximité de l’école primaire de la commune de Villeneuve-de-Blaye. A la suite de cette exposition aux pesticides, plusieurs enfants ont été pris de nausées et ont fait des malaises. Au total, près de vingt enfants ont été touchés, ce qui a entraîné une action judiciaire qui n’a pas abouti. Aujourd’hui, l’action de la justice est relancée par le dépôt d’une nouvelle plainte portée par l’association Sepanso.

Les éléments de l’enquête administrative ont déjà établi que le jour où les enfants ont été malades, les deux domaines avaient utilisé un pesticide réglementaire, mais ce sont les conditions d’épandage qui ont été remises en cause car elles ne respectaient pas le principe de précaution. Dans d’autres régions agricoles et viticoles de France, le problème de l’épandage de pesticides à proximité d’écoles s’est déjà posé. Selon les communes, les agriculteurs et viticulteurs s’engagent à travers une charte à ne pas pulvériser de produits à risque lors des jours de classe. Mais en l’absence d’une législation nationale plus précise et plus contraignante, le flou règne encore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports