Les Philippines portent plainte contre des entreprises polluantes

  • Publié le: mardi 2 août 2016

La Commission des droits de l’homme des Philippines a porté plainte, la semaine dernière, contre de nombreuses entreprises internationales pour un motif de pollution. Le pays, ravagé par plusieurs catastrophes naturelles, veut mettre le secteur privé devant ses responsabilités.

L’affaire a commencé en septembre dernier lorsque l’ONG Greenpeace a déposé, aux côtés de citoyens philippins, un recours auprès de la Commission. Car après les nombreux typhons et glissements de terrain qui sont survenus ces dernières années, le bilan a été lourd pour le pays non seulement en terme économique mais aussi à cause des nombreuses pertes humaines dans ces catastrophes. Le recours avait donc pour but de demander l’ouverture d’une enquête et plus particulièrement d’un travail d’observation pour déterminer comment les principales industries fossiles ont influé sur le changement climatique et l’augmentation de catastrophes naturelles.

Le résultat de l’enquête entraîne aujourd’hui une première dans le monde : jamais aucun état n’avait ainsi demandé à de grandes entreprises de rendre des comptes en matière d’écologie. La Commission des droits de l’homme des Philippines a épinglé pas moins de 47 entreprises internationales, parmi lesquelles les français Lafarge et Total, mais aussi Shell, Bp, ExxonMobil ou Chevron. De gros groupes qui n’ont pas l’habitude d’être ainsi pointés du doigt pour une responsabilité environnementale globale. La suite de l’affaire se déroulera aux tribunaux des Philippines, et la première audience est déjà fixée pour le mois d’octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Orangina muscle sa stratégie RSE

    En moins de deux ans, le groupe français Orangina a réussi un pari ambitieux : repenser complètement sa stratégie RSE en améliorant non seulement son bilan carbone mais aussi le bien-être de ses salariés. Après avoir investi 100 millions d’euros

le Coin ESS

  • Je donne, l’application qui facilite les dons

    La Start-up ItiQiti vient de lancer une plateforme de don en ligne. Le site s’appelle sobrement Je donne et il propose de mettre en relation en quelques clics seulement les donateurs avec des associations. L’idée de départ derrière le projet