Des micro-algues pour dépolluer Paris

  • Publié le: vendredi 2 juin 2017

La capitale s’apprête à connaître une petite révolution : le XIVe arrondissement va bientôt accueillir la première colonne Morris remplie de micro-algues. Ce modèle unique en son genre permettra de dépolluer l’air de Paris. Le prototype doit être installé cet été.

Les colonnes Morris servaient habituellement de support aux affiches de théâtre et de cinéma : elles vont désormais dépolluer l’air de la capitale. C’est une entreprise française, Fermentalg, qui a proposé ce projet très original lors de la COP21 qui s’est tenue à Paris en décembre 2015. Le projet avait alors retenu l’attention de la mairie de Paris qui a depuis décidé de lui donner sa chance. L’idée : la colonne est remplie d’un mètre cube d’eau et de millions de micro-algues. Grâce à la vitre de plexiglas, la photosynthèse opère et les micro-algues peuvent ainsi capturer le CO2 qui est présent dans l’air et qui entraîne la pollution. Les algues ne rejettent ensuite que le l’oxygène. A elle seule, une colonne Morris modifiée peut filtrer autant d’air qu’une centaine d’arbres. De quoi améliorer grandement la qualité de l’air dans la capitale.

Autre avantage, ce système très écologique permet de recycler les micro-algues. Une fois qu’elles arrivent en fin de vie, les micro-algues sont collectées grâce au réseau des eaux usées. Elles sont alors envoyées dans une station d’épuration où leur fermentation naturelle permettra de produire du méthane, lui-même injecté dans le réseau de gaz de la ville. La première colonne Morris verte sera installée cet été place Victor et Hélène Pasch. Si les résultats sont concluants, la ville de Paris pourrait envisager de déployer d’autres colonnes dépolluantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A venir

  • No Events

Le Coin RSE

  • Dieselgate : un sommet du diesel avec peu d’engagements

    Le 2 août dernier, le gouvernement allemand organisait un sommet du diesel, réunissant autour de la table les principaux constructeurs automobiles allemands. Le but : mettre en place des mesures plus contraignantes pour diminuer la pollution des véhicules. Mais le

le Coin ESS

  • La RATP émet son premier Green Bond

    La RATP vient tout juste d’émettre son premier Green Bond, un moyen pour la société de lever 500 millions d’euros pour accompagner ses projets de développement dans le cadre de la transition énergétique. Jeudi dernier, la Régie Autonome des Transports